Le coin des orchidées

16 avril 2016

Hydroculture : introduction

Face à de nombreuses demandes, ce qui suit donne des informations de base ainsi que des détails techniques sur une méthode de culture "à la mode" : l'hydroculture. Aussi appelée semi-hydroponie, ou S/H, elle consiste à substituer le substrat organique classique (sphaigne, écorce, charbon etc.) par un substrat minéral, imputrescible, inerte, et ayant de bonne capacité de rétention en eau (billes d'argile). La plante est empotée comme à l'accoutumée, mais on aura au préalable éliminé toute trace du substrat d'origine pour la placer dans ce nouveau milieu minéral.

 

IMG_1995

Keikis détachés de la même plante mère le même jour et alors qu'il faisaient la même taille. Le keiki de gauche est en hydroculture depuis 6 mois, celui de droite est en sphaigne pure.

Le pot est alors placé dans un réservoir (cache pot, soucoupe) rempli à tout instant de quelques centimètres de solution nutritive (eau + engrais dilué à faible dose). La solution remonte alors par capillarité dans le substrat (qui agit un peu comme une éponge) et "nourrit" la plante en continu, lui apportant eau et nutriments. Cette méthode présente quelques avantages :

- le substrat est toujours moite, mais jamais détrempé. Il est impossible de sur- ou sous-arroser les plantes : c'est le substrat qui distribue l'eau à la demande ;

- le substrat est toujours aéré (l'espace entre les billes d'argile représente, sans en avoir l'air, plus de 30 % du volume du pot), ce qui garantit une oxygénation des racines optimale et limite le risque de pourriture ;

- le substrat est inorganique. Il est donc impropre à l'accueil de bactéries pouvant le dégrader ou faire pourrir les racines, puisque ces micro-organismes n'y trouvent rien à manger ;

- ce mode de culture est très proche du mode de vie épiphyte des orchidées : dans la nature, elles s'accorchent à un substrat qui n'a qu'une fonction de support (et non d'apport en eau ou de nutrition). C'est la pluie fréquente qui maintien les racines humides, mais toujours très aérées.

 

Mais il n'est pas sans risque :

- la plante a besoin d'un temps d'adaptation plus ou moins long et critique pour sa survie ;

- le transfert vers ce type de culture doit donc se faire dans des conditions optimales : plante forte, émettant de nouvelles racines (ce dernier point est vital, sous peine de mettre en danger la plante).

Les articles qui suivent donnent des détails quant à ce type de culture. Il sont la traduction littérale d'articles anglophones rédigés par un expert en la matière : M Ray Barkalow :

Vous aurez également besoin d'une méthode pour doser votre engrais, que vous trouverez ici.

J'attire cependant votre attention sur le fait qu'on encense beaucoup, sur les sites internet, tel ou tel type de mode du culture. Mais il n'y a pas de mode de culture parfait en toute circonstance. Seulement des modes de culture qui conviennet à telles ou telles conditions de culture.

Posté par nuggy à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :