Le coin des orchidées

14 janvier 2013

Cymbidium : fiche de culture

Je viens de craquer pour ce petit cymbidium hybride de jardinerie.

P1060676

 

P1060682

 

 

C'est l'occasion pour moi de poster sa fiche de culture...

Cette magnifique plante aux grosses fleurs cireuses compte parmi les orchdées les plus robustes et résiste assez bien aux erreurs de culture. Elle supporte mieux les sur-arrosages ou sous-arrosages que d'autres, et est assez indifférente à la qualité de l'eau. Tout orchidophile amateur, même s'il ne maîtrise pas parfaitement toutes les subtilités de l'arrosage des orchidées, pourra maintenir un Cymbidium hybride.

C'est une orchidée sympodiale, qui produit de gros pseudobulbes portant plusieurs (5 - 11) feuilles rubanées assez coriaces. A la fin de l'automne, elle produit de grandes hampes chargées de grosses fleurs inodores (pour la plupart des hybrides) à longue tenue. La croissance est rapide, et la plante forme vite une touffe opulente.

Là où ça se corse, c'est pour la faire refleurir. Le cymbidium est une plante de serre froide. Cela implique qu'il a besoin d'avoir froid pour refleurir. Plus exactement, il a besoin d'un grand différentiel de températures entre le jour et la nuit pour refleurir. On peut facilement reproduir ces écarts en plaçant la plante dehors, de la seconde quinzaine de mai (après les saints de glace) jusqu'aux premières gelées nocturnes d'octobre. Elle appréciera un emplacement très lumineux (certains disent même le plein soleil) à l'extérieur à la belle saison. Rentrez là dans un endroit très lumineux et frais (si possibe) en hiver. Le soleil la se chargera de faire monter les températures le jour et les nuits fraiches de la fin de l'été déclencheront la floraison. Une verranda non chauffée (mais hors gel, tout de même) lui conviendra parfaitement à longueur d'année, en compagnie d'autres plantes de serre froide, comme les dendrobium nobile.

Vous l'aurez compris, le Cymbidium est une plante robuste, très facile de culture si on peut la mettre dehors. Sa culture en intérieur est loin d'être aussi aisée, car dans nos maisons, les nuits ne sont pas assez fraiches.

Les arrosages seront soutenus en été (enfin, à la demande de la plante, comme pour toutes les orchidées), et plus espacés l'hiver, sans toutefois être suspendus. On stoppera par contre l'apport d'engrais en hiver.

La plante grossit rapidement, et la division de touffes volumineuses permet de multiplier la plante assez aisément. Si vous avez plus de patience, et si, comme moi, vous vous émerveillez devant une plante qui naît de quasi-rien, tentez également la multiplication par les arrières bulbes défeuillés. Placez un bulbe défeuillé, sans racines, mais charnu dans la sphaigne humide, et patientez... vous le verrez bientôt produire un rejet, qui va s'enraciner, garndir et fleurir à son tour (après quelques année,s tout de même !).

Posté par nuggy à 22:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,